• LE RUCHER ou " Mon rucher "

    Un rucher, comme une ruche, est semblable à un accordéon , il se plie et se déplie au cours de l'année et varie en nombre de ruches (en+ ou en - selon les réunions, les essaimages ou les divisions) et en nombre d'éléments posés en hauteur.En effet la population d'une ruche varie au cours de l'année pouvant passer de 1000 à 50000 insectes voire plus ! Ce modeste rucher est composé de ruches Voirnot dites divisibles, en version 4x4, dans laquelle vu son format carré l' on peut mettre le cadre, au format unique,  dans un sens ou dans un autre ce qui permet 2 écartements  ( 9 ou 10 cadres ) soit en position bâtisses froides (à 90° par rapport à l'entrée) ou chaude (parallèles à l'entrée) dans le même élément. Une ruche divisible possède l'énorme avantage de n'avoir qu'un type de cadre ce qui autorise  des interventions impossible à réaliser avec les ruches contenant deux types de cadres.  En divisible il existe des Dadant , des Langstroth, des Voirnot , des Warré... des.. des  ...enfin beaucoup ! Ce qui guide dans le choix c'est le pays où l'on est et la forme physique que l'on a et aussi que l'on aura ...(il faut y penser !) Une ruche peut peser 100 K° en 5 éléments par exemple et 20 K° c'est déjà bien lourd à moins d'être une force de la nature.... Ainsi un élément Langstroth, plein de miel pèse dans les 30 K°.... La disposition des ruches sur une seule ligne n'est pas la meilleure car celles situées aux  extrémités profitent de l'apport des butineuses des autres ruches qui se trompent de porte.Celles du centre se dégarnissent un peu ...les extrêmes se fortifient.  Elles y sont  attirées soit par la loi du moindre effort ou par un défaut de leur système GPS. Bien qu'étrangères elles sont bien acceptées dans d'autres ruches  car elles apportent des provisions et les gardiennes leur font bonne figure en cette occasion ! Cette disposition est donc un défaut que l'on peut toutefois tolérer ou mettre à profit en installant aux extrémités des jeunes essaims qui ont besoin d'être renfloués ou des ruches que l'on réserve à la production de miel en sections. Pour ma part, j'ai choisi cette ordonnance, car je peux ainsi faire passer la  voiture derrière les ruches pour charger et m'éviter des tours , des contours et ...des tours de ...reins ! 

    L'APICULTURE EN AMATEUR

    Le petit matériel bien nécessaire ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    8
    gherdz
    Samedi 15 Octobre 2011 à 18:23

    Merci pour ta rapide réponse et ta disponibilité pour aider des débutants.Je vais ajouter une hausse (plutot une basse) avec un plancher grillagé que je suis en train de fabriquer car le piège était fait avec ce que j'avais sous la main. Au final ça a donné un corps warré avec 10 barrettes amorcées et fixées à la kenyane (tbh) et elles y  sont heureuses.

    Meme si je ne crains pas l'essaimage je vais ajouter une hausse et ce plancher grillagé histoire de leur donner un peu plus de place et aussi parce que ça me fait de la peine de les voir ventiler. Trop chaud...

    Je ne manqueraipas de te tenir au courant de la suite.

    A+ et encore merci.

    7
    Varroa88 Profil de Varroa88
    Vendredi 14 Octobre 2011 à 09:50

    Bonjour Gherdz ! Quelle différence de climat en effet ; ici nous entrons en hivernage ; les gelées approchent... !A la question sur l'essaimage possible, hors époque de l'essaimage naturel chez toi, je répondrai par l'affirmative puisque toutes les conditions semblent réunies : miellées, beau temps et surpopulation ....Cependant "l'horloge interne " des abeilles va-t-elle souscrire à cet envol ? Je ne sais. Nous avons eu ici cette année, sur certaines fleurs, une deuxième floraison ...chose assez inhabituelle! Quoiqu'il en soit il n'y a aucun danger à poser une ou même plusieurs  hausses pour  donner de la place et endiguer une possible "fièvre d'essaimage" .Le manque de place étant la première cause de mise en route de ce processus.Je serais content de connaître la suite de ce qu'il va se passer !  A+++ 

    6
    gherdz
    Jeudi 13 Octobre 2011 à 23:02

    Salut à toi. Trés beau ton rucher et merci pour tes précieux conseils qui m'ont beucoup aidé pour débuter. Je suis en Algérie (Oran) et les conditions climatiques ne sont pas les mêmes. Une ruche piégée en juin me pose des problèmes maintenant. J'ai beaucoup nourri au 50/50. Elle est devenue trés populeuse et j'ai peur qu'elle essaime.Il fait 30° bien qu'on soit à mi octobre. Est ce possible à cette époque? Puis je ajouter une hausse?

    Merci A+

    PS : De grosses entrées de pollen. Y a une pépiniére pas loin.

    5
    phil50 Profil de phil50
    Samedi 13 Août 2011 à 18:51

    Merci a toi varroa 88 tes renseignements me sont tres souvent utiles,je lis tes commentaires un peu partout et ils m interressent tres souvent ,  etant debutant comme je l ai deja ecrit .Avec mes deux ruches de l annee ,je ne savais pas trop comment commencé , je suis en dadant , mais je crois m orienter prochainement vers des voirnots qui elles me semblent , plus appropriées a ce que je recherche dans l apiculture . merci et a bientot

    4
    Varroa88 Profil de Varroa88
    Samedi 13 Août 2011 à 16:44

    Phil Bonjour !

    Un cadre est conçu de manière à ce que les abeilles puissent passer tout autour (passage de 10mm) En saison froide elles ne bougent quasiment pas; forment une sphère généralement dans le corps supérieur : une abeille dans chaque alvéole vide placé au centre (ancien nid à couvain),tête bêche avec celle située sur l'autre face  pour cencentrer la chaleur; ainsi , en se serrant les coudes,elles produisent de la chaleur  en vibrant légèrement (action=chaleur) et en consommant pour produire des calories.Il faut donc veiller à ce que les abeilles n'hivernent pas sur du miel car elles se retrouvent dans les ruelles et sujettes au froid. La grappe se déplace au fur et à mesure vers le plafond où sont stockées les provisions et la chaleur; elles n'ont guère besoin d'aller d'un cadre à l'autre et si cela se fait c'est lors d'un radoucissement qui permet à toute la sphère de se déplacer souvent par le haut,dans l'espace situé sous le couvre-cadres. Si ce radoucissement ne se fait pas les abeilles peuvent mourir de faim avec 50 k de miel dans la ruche ! La faim est une chose mais  ce n'est qu'une composante d'un bon hivernage; deux autres points sont essentiels : le nombre de jeunes abeilles présentes en septembre/octobre issues d'une jeune reine et le tout  non parasité. Ceci réalisé on peut dormir sur ses deux oreilles tout en espérant un hiver permettant au cours des mois quelques sorties "hygiéniques" et un Printemps digne de ce nom. A+

    3
    phil50
    Samedi 13 Août 2011 à 14:27

    bonjour a vous tous et merci pour vos conseilles,etant debutant en apiculture,voila la question qui me rumine depuis longtemp , j ai bien compris le principe de la batisse froide ou batisse chaude , mais que se passe t il dans la ruche en cour d hiver , pour se nourir les abeilles passent elles au travers des cires gaufrees , elles ne redescendent pas en bas des cadres pour changer de rayon tout de meme?  Merci a vous

    2
    Patrick67
    Samedi 2 Juillet 2011 à 12:01

    Tres jolie rucher et merci pour tes precieux conseils


     


    Patrick

    1
    Varroa88 Profil de Varroa88
    Vendredi 7 Janvier 2011 à 15:54

    Merci pour le compliment ; je ne vois ce commentaire qu'aujourd'hui ...! J'aime assez discuter abeille car nous sommes tous des passionnés et c'est passionnant ! Je l'ai pratiqué de nombreuses années et cela prend du temps...et le mien est malheureusement compté ... ! Je fais ce blog, par amusement et  dans cet état d'esprit de transmettre le peu que je sais mais qui peut aider.Tu peux aller sur le forum des Ruchers de Lorraine si tu veux approfondir certaines choses; j'y répondrai avec plaisir. A+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :